Un peu d'Histoire

St Jean de linières
Origine du Nom : du latin lineriis qui désigne un lieu cultivé et de l’anthroponyme Saint Jean

 

Historique

 

La découverte de haches polies prouve que le site était occupé dès le néolithique. La voie romaine d’Angers à Rennes traversait cette zone. Au XI ème siècle, le territoire de l’actuelle commune est recouvert par la forêt et habité par quelques bûcherons. Une chapelle appartenant à l’abbaye de St Nicolas est construite au XII ème siècle et devient église paroissiale.

Le bourg forme alors un fief relevant du Plessis Macé, et possède un château Fort qui commande le croisement des trois principales routes ; le donjon en ruine subsistait encore au début du XIX ème siècle et a été depuis dépecé pierre par pierre. Le château appartient en 1333 à Pierre de Bouillé, en 1365 à Ollivier du Guesclin, puis à la famille de Guéméné qui le vend en 1654 à Bautru de Serrant ; le domaine appartient au XVIII ème siècle aux Walsh de Serrant.

Sous la Révolution, l’église et le presbytère sont vendus comme bien nationaux, puis récupérés par la commune au début du XIXème siècle.

 

 

L’église St Jean Baptiste : XII et XVI ème siècles et 1778, 1781

 

L’édifice est composé d’une Nef sans transept, qui se termine par un chœur à chevet plat.

Au XVIII ème siècle, le prolongement vers l’ouest de la nef donne lieu à la construction du clocher porche, bâti avec les pierres de l’ancien donjon ; lors de la construction, le bois de charpente est fourni par le seigneur de Serrant et le transport assuré gratuitement par les métayers.

 

 

L’ancien relais de poste : 1629

 

La Roche au Breuil

Le village situé au carrefour des routes d’Angers à Nantes et d’Angers à Rennes, justifie la présence d’un des plus importants relais de poste de l’Anjou. Joseph II, empereur d’occident et frère de Marie Antoinette, y fait une halte en 1778. Actuellement le bâtiment est occupé par le restaurant « L’Auberge de la roche ».

 

 

Le Presbytère 1767

 

La forêterie

Ce presbytère, qui jouxte perpendiculairement l’église au Nord, remplace au XVIIIème siècle, la chambre basse, surmontée d’un grenier, qui servait de logement au curé. Le bâtiment est acheté par la commune en 1817.

 

 

Maison de Maître XVIII ème en Tuffeau

 

Les Rocheries

Cette demeure et sa closerie appartiennent en 1838 à Julien-Fernand Renou puis en 1882 à JB Cormeray Banquier à Angers; Elle passe ensuite aux mains des Fourré- Cormeray, et est actuellement la propriété de la famille Larget Piet.

Un peu d'Histoire en images

La vie Communale

Accès rapide